Accueil > Actualités

Le sadisme sans limite du régime israélien

mercredi 18 mars 2020

Randi Odeh, 39 ans, du camp de réfugiés de Shufat à Jérusalem-Est, devait être libéré de la prison du Neguev après avoir purgé un peine de 18 ans pour résistance à l’occupation. Mais le jour-même de sa sortie, l’occupant le retenait pour gâcher son mariage !


Ce sont des histoires qui ne s’inventent pas !

Le 7 mars dernier, alors que tout était prêt pour son mariage après 18 ans de détention qu’il avait accomplis jour pour jour, Randi Odeh, qui était prêt avec toutes ses affaires, s’est vu signifier à la dernière minute qu’il ne sortirait pas.

Il a fini par être libéré quelques jours plus tard... à condition qu’il ne retourne pas à Jérusalem avant la fin mars.

La cérémonie de mariage a donc été reportée, mais Israel peut encore inventer autre chose pour pourrir la vie de ce Palestinien. Ce n’est pas l’imagination dans le sadisme qui manque à ce régime, qui n’en peut plus de voir que les Palestiniens sont toujours là et qu’ils résistent !

(Traduit par CAPJPO-EuroPalestine)

Source : Agence Wafa

CAPJPO-EuroPalestine

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0