Accueil > Actualités

Un jeune assassiné et 54 blessés dans la bande de Gaza

vendredi 4 octobre 2019

A l’occasion de la 77ème Marche du Retour, l’armée d’occupation israélienne a assassiné ce vendredi un jeune palestinien de 28 ans, et en a blessé 54 autres, selon un bilan provisoire, qui nous est transmis par Ziad Medoukh.

"Ces Palestiniens manifestaient pacifiquement près des "zones tampon" imposées par les forces d’occupation israélienne. Les crimes israéliens contre notre peuple se poursuivent", écrit Ziad.

"Plus de 11.000 palestiniens de toute la bande de Gaza se sont rassemblés ce vendredi 4 octobre 2019 , avec pour thème "La réconciliation est le choix de notre peuple",dans une initiative non-violente, afin de montrer l’attachement des Palestiniens à leur terre, que le droit au retour est sacré pour tout le peuple palestinien, et pour exiger la levée du blocus israélien inhumain sur la bande de Gaza".

Vendredi dernier, l’occupant tuait un civil palestinien et en blessait 86 autres, dont 22 enfants, 4 secouristes femmes, 5 secouristes hommes, et deux personnes handicapées, dans les mêmes circonstances.

Le thème de la manifestation de la 76ème Marche était l’hommage aux martyrs de l’intifada Al-Aqsa et aux prisonniers palestiniens.

Pourtant les manifestations se déroulaient sous forme de prises de parole, de scènes de théâtre, mais quand les coups de feu sont partis les jeunes ont lancé des pierres et des cocktails Molotov en direction des soldats, rapportait le Centre Palestinien pour les Droits de l’Homme (PCHR).

Depuis le début des marches, le 30 mars 2018, le PCHR a recensé 213 assassinats par Israël, dont 46 enfants,2 femmes, 9 personnes handicapées, 4 secouristes et des journalistes.

Et il estime à 14.056 le nombre de blessés, dont 3,020 enfants, 429 femmes, 244 secouristes et 215 journalistes, et souligne qu’un grand nombre de ces manifestants ont été blessés plusieurs fois, à diverses reprises.

Mais Madame Fatou Bensouda, la procureure générale de la Cour Pénale Internationale (CPI), auprès de laquelle plus de 650 plaintes documentées ont été déposées concernant ces victimes, estime sans doute que "le crime n’est pas assez massif", comme elle a osé dire pour les 10 passagers turcs assassinés à bord du Mavi Maramara ?

CAPJPO-EuroPalestine

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0