Accueil > Actualités

"Sortez de nos téléphones portables et de nos consciences !"

mardi 28 avril 2020

C’est le message que le quotidien israélien Haaretz a adressé au gouvernement israélien, dans son éditorial du 27 avril.


Réunion du Mossad et du Shin Bet autour de Netanayahou

"Le gouvernement israélien envahit notre vie privée sous prétexte de lutter contre le coronavirus

Dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, le gouvernement israélien s’est autorisé à déployer les services de sécurité contre les citoyens israéliens, en utilisant ces agences pour suivre les gens et recueillir des données à leur sujet - censément pour localiser les personnes soupçonnées d’être des patients ou des porteurs de coronavirus - tout en en portant atteinte à leur droit à la vie privée. On pouvait s’y attendre, une fois cette ligne franchie, il est difficile de revenir en arrière.

Depuis le début, la « sécurité nationale » est un terme vague sujet à interprétation ; la bataille contre le coronavirus est également civile. Ce n’était qu’une question de temps avant que le Conseil de sécurité nationale ne commence à se demander comment l’État pourrait arrêter la propagation du virus en cas de troubles sociaux croissants en raison de l’aggravation de la situation économique, psychologique et sanitaire du public.

Il y a deux semaines, le conseil avait déjà discuté de la possibilité d’une révolte populaire et de la manière dont le gouvernement pourrait empêcher un soulèvement contre les autorités. Entre autres choses, il a examiné comment l’État « pouvait prévenir les dangers qui pourraient conduire à des troubles sociaux généralisés » qui pourraient déclencher des protestations contre le gouvernement et les institutions de l’État.

Il s’avère que des soldats et des officiers de l’une des unités de collecte de renseignements classifiés du renseignement militaire ont collecté des données et les ont analysées pour le groupe de travail que le Conseil de sécurité nationale a nommé à cet effet. L’une des recommandations du groupe de travail était une « campagne de sensibilisation » pour empêcher le développement de troubles sociaux (Yaniv Kubovich, 24 avril). C’est une preuve supplémentaire que lorsque vous commencez à utiliser des tactiques que l’État réserve normalement pour combattre ses ennemis, vous commencez à considérer les citoyens comme un danger pour l’État.

Une proposition visant à empêcher une telle révolte populaire était que le gouvernement crée un groupe de travail chargé d’évaluer « la situation du public » et de sensibiliser les gens à l’idée que nous sommes « sur le même bateau », à « l’égalité de traitement », « un destin partagé » et une « responsabilité mutuelle ».

C’est une farce. Au lieu de se soucier de sensibiliser les gens, le gouvernement devrait allouer des budgets et d’autres ressources qui pourraient empêcher les troubles sociaux.

Plus de 1,25 million d’Israéliens ont rejoint les rangs des chômeurs ; les entreprises ont fermé ; les personnes âgées sont isolées ; les enfants sont à la maison ; et l’économie se dirige vers la catastrophe. Ce sont de vrais problèmes qui nécessitent de vraies solutions, et non des papiers du Nouvel Âge sur la modification de la conscience des gens.

Il s’avère que toutes les personnes qui ont soulevé un tollé en découvrant que le Premier ministre Benjamin Netanyahou avait reçu la permission de surveiller les Israéliens par des moyens habituellement réservés à la guerre contre le terrorisme avaient raison. Toutes les personnes qui ont mis en garde contre la pente glissante qu’Israël pourrait se retrouver à glisser avaient raison également.

Le message du peuple au gouvernement doit être sans équivoque : l’État appartient à ses citoyens. Sortez de nos téléphones portables et de nos consciences. Les agences d’État et les services de sécurité doivent cesser de surveiller les citoyens israéliens et de les considérer comme des ennemis potentiels. Au lieu de cela, ils devraient commencer à travailler pour le public pour justifier leurs salaires, payés par le public".

Editorial de Haaretz

CAPJPO-EuroPalestine

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0